pano_castel.JPG

 
 

Les tout premiers Européens

L'homme arrive dans la région il y a plus d'un million d'années. Le plus vieil habitat du coin se trouve à Roquebrune Cap Martin, dans la grotte du Vallonnet. C'est le 5ème habitat le plus ancien découvert en Europe.

Il y a 400.000 ans, des hommes établissent un camp à Terra Amata, à Nice, et y font du feu. C'est le plus ancien foyer domestiqué connu au monde à égalité avec un site chinois.

La grotte du Lazaret à Nice est occupée il y a plus de 130.000 ans et les hommes y fument et y sèchent la viande.

A Monaco, dans le jardin exotique se trouve la grotte de l'Observatoire où des hommes ont vécu épisodiquement, de 200.000 à 25.000 ans avant notre ère.

A Carros, un site de plein air était utilisé à la même époque.

A la frontière entre Menton et Vintimille, mais côté Italie se situe l'un des sites les plus connus et les plus riches du monde: les Baoussé-Roussé (Balzi Rossi). Composé de plusieurs grottes, il est utilisé dès cette époque, et bien plus tardivement. On y trouvera une multitude d'outils, des sépultures d'hommes, de femmes et d'enfants datant d'environ 25000 ans, des gravures de chevaux.

On trouve d'autres grottes habitées au paléolithique : la grotte du Merle et le Baume Perigaud, à Tourrette-Levens.

Les Phocéens

Si l'on fait un bond dans le temps, on rencontre les Phocéens, un peuple grec qui créa Marseille. Les liaisons entre la nouvelle colonie et le pays d'origine se faisaient par la mer et les phocéens avaient besoin de ports le long de la côte pour caboter. C'est ainsi qu'ils créèrent Nikaïa aux alentours de 200 avant J.C., qui devait devenir Nice, et Antipolis, embryon d'Antibes.

Les Romains

Arrivent ensuite les Ligures, puis les Romains. Ces derniers tracent la première route d'importance qui permet de traverser toute la région : la Via Julia Augusta. Elle relie Rome au Rhône en passant par la Turbie qui en est le point culminant et Cemenelum (Cimiez), la ville romaine fondée au 1er siècle sur les hauteurs de ce qui est aujourd'hui Nice.

France, Savoie et Italie

Suite aux invasions barbares (Vème siècle) et à la chute de l'Empire Romain, la région connait une longue période troublée qui durera plusieurs siècles : réintégration dans l'empire d'occident, raids lombards, arabes, guerres de toutes petites seigneuries locales au gré des mariages, alliances ou rivalités entre familles... La France se constitue petit à petit à l'Ouest (avec la Provence), à l'Est le Duché de Savoie qui comporte peu à peu, outre Chambéry et les Savoies françaises, le Comté de Nice, Turin et aussi le Sud de l'Italie avec le Royaume de Naples et la Sardaigne.

Au Xème siècle, Nice est intégré à la Provence, puis la frontière va se déplacer vers l'Ouest et s'établir sur le fleuve Var à la fin du XIVème siècle. C'est l'épisode de la Reine Jeanne et de sa succession. Nice et ses territoires se tournent ainsi vers Gênes avec qui les relations commerciales sont importantes.

La France repartira plusieurs fois à la conquête de Nice, sous François 1er (vainement), puis sous Louis XIV, la Révolution et l'Empire, avec succès. A la suite de la défaite de Napoléon et du traité de Vienne en 1814, Nice revient au Duché de Savoie et toute la partie Est du Var n'est plus la France. Nice, Aspremont, (qui inclut alors Colomars et Castagniers) St Blaise deviennent des villes frontières coté savoyard, St Laurent du Var, la Gaude, Gattières, St Jeannet, Carros du côté français.

La frontière suit alors le tracé suivant, en partant de la mer:

  • le Var dans sa partie basse,
  • l'Estéron
  • le Riolan
  • la frontière suit ensuite le tracé actuel délimitant les Basses Alpes des Alpes Maritimes, et passe ainsi entre Puget Théniers (Savoie) et Entrevaux (France) Elle coupe à cet endroit le fleuve Var qui coule de nouveau en France.
  • la frontière le croise à nouveau un peu plus haut avant de s'établir sur la crète à l'Ouest du Var, selon la ligne actuelle séparant le 04 du 06.

On trouve tout au long de cette frontière des bornes datant de 1761 et 1823.

Napoléon III et la France vont puissamment aider l'Italie à se constituer en un pays unifié, sous l'égide du Duc de Savoie Victor Emmanuel et de Cavour, son premier ministre. En remerciement, les Savoies et le Comté de Nice sont offerts à la France par l'Italie. Un référundum organisé dans le Comté de Nice permettra aux Niçois de choisir et par une écrasante majorité ils voteront pour le rattachement à la France qui se fera en 1860.

A l'époque la vallée de la Roya et les sommets de l'actuelle chaine frontalière du Mercantour (Gelas, Clapier...) ne sont pas incluses dans la cession et restent encore italiens.

La frontière de 1861 passe par :

  • cime de la Nauque
  • cime du Diable
  • cime de la Valette
  • cime de la Palu
  • bau de la Frema

Les principaux villages sont alors en France : Isola, St Sauveur/Tinée, Rimplas, St Dalmas, Valdeblore, St Martin Vésubie, Fontan, Saorge... En Savoie : Tende, la Brigue, Breil/Roya...

La frontière actuelle sera dessinée en 1947 après la seconde guerre mondiale. Elle suit désormais la ligne de crête. La basse vallée de la Roya est restée italienne, cependant.

 

 

 

 

violoncelles.jpg